C’est devenu une urgence

Publié le 21 février 2013

Jean-Marc Clément, Président du Comité des banques de Drôme-Ardèche (Valence)

Q : Quelles sont les raisons qui ont poussé les banques à organiser une réunion SEPA destinée aux entreprises début février ?

Jean-Marc Clément : Le passage aux normes SEPA c’est demain : il nous reste moins d’un an. Or, on constate que peu d’acteurs économiques (entreprises, associations, …) ont achevé leur passage à SEPA. C’est pourquoi nous avons voulu cette réunion d’information en amont avec toutes les banques et nos partenaires des deux départements : CCI, CGPME, MEDEF, fédérations professionnelles, experts comptables, … Ensemble nous devons mobiliser les entreprises pour ce qui est devenu une urgence.

 

Q : Concrètement, SEPA en quoi ça consiste ?

Jean-Marc Clément : D’abord SEPA c’est une étape supplémentaire dans la construction de l’Europe : celle de moyens de paiement, virements et prélèvements, harmonisés pour 32 pays européens. Il faut changer les coordonnées bancaires dans les bases de l’entreprise (BIC+IBAN), vérifier la compatibilité des formats et des échanges électroniques avec sa banque et tester l’émission d’un ordre de paiement comme sa réception. C’est donc maintenant qu’une PME doit s’y prendre…

 

Q : En tant qu’acteur bancaire, que faites-vous pour mobiliser à SEPA ?

Jean-Marc Clément : Individuellement, nous en parlons à tous nos clients entreprises. Nos chargés d’affaires les mobilisent, répondent à leurs questions et les orientent vers les spécialistes, dans la banque ou à l’extérieur. Nous allons encore monter en puissance pour aider toutes les entreprises à être prêtes à temps.