Anticiper l’échéance

Publié le 19 mars 2013

Jonathan Budzin, délégué CGPME Moselle

Q : Jonathan Budzin, vous êtes délégué général de la CGPME Moselle, pourquoi vous êtes-vous associé au Comité des banques pour monter une réunion SEPA dans le département ?

Jonathan Budzin : L’objectif de la CGPME Moselle avec ses partenaires est que cette mutation se passe dans les meilleures conditions pour les 12 000 entreprises qu’elle représente car il s’agit d’une mutation importante pour leur quotidien. Il est nécessaire de prendre les devants, d’informer et de préparer chacun dans son activité. Encore trop d’entreprises ignorent cette échéance qui risque pourtant de créer des perturbations dans leur fonctionnement.

Q : Que conseillez-vous à vos adhérents concernant SEPA ?

Au 1er février 2014, les virements et les prélèvements français ne seront plus disponibles et seront remplacés par des virements et prélèvements européens dont le terme générique est SEPA. Cela signifie que les entreprises ne pourront plus régler leurs fournisseurs, leurs salariés, ou se faire payer par le biais des virements et prélèvements actuels. Pour assurer la continuité de leur activité, il est indispensable qu’elles puissent anticiper ces changements.

A l’approche de la date butoir, les partenaires accompagnant les PME sur ce sujet risquent d’avoir des problèmes de disponibilité engendrant des difficultés de coûts associés.

Afin d’en savoir plus sur les conséquences qui pourraient en résulter pour leur fonctionnement, la CGPME Moselle conseille aux entreprises de se rapprocher dès aujourd’hui de leur banquier ou de leur expert-comptable. Bien entendu, la CGPME Moselle est disponible pour les aider sur ces questions.