Un chantier d’envergure pour une entreprise

Publié le 20 février 2013

PhotoDHilaireDenis Hilaire, Directeur administratif et financier des Transports Mazet (Privas)

Q : Denis Hilaire, vous êtes directeur administratif et financier de l’entreprise des Transports Mazet (1 200 salariés, 20 agences en France), à quelle date avez-vous engagé le passage aux moyens de paiement SEPA ?

Denis Hilaire : Fin 2010, à l’occasion du passage d’ETEBAC à EBICS, nous avons pris conscience par l’intermédiaire de notre banque qu’il nous faudrait aussi passer à SEPA. Nous avons engagé les deux projets en parallèle, même si nous ne connaissions pas encore la date butoir, aujourd’hui fixée au 1er février 2014.

 

Q : Concrètement, comment vous y êtes-vous pris ?

Denis Hilaire : Ce projet a été mené pendant sept mois, il a impliqué le déploiement d’une plateforme informatique propre à l’entreprise, et la formation de nos collaborateurs. Nos bases de données ont été mises à jour durant ce délai avec la récupération des BIC-IBAN pour nos 30 000 références clients, fournisseurs, salariés ou banques. Durant ce chantier, nous nous sommes rapprochés de notre banque à chaque étape : mise en place, tests des formats, des échanges électroniques et enfin déploiement en grandeur nature.

 

Q : Pour vous le passage à SEPA a apporté des gains ?

Denis Hilaire : Bien sûr. Dans le projet, nous avons voulu que cela induise des améliorations de gestion. Par exemple, nous avons systématiquement remplacé le chèque par le virement SEPA pour nos paiements fournisseurs à l’international. Nous proposons aussi le prélèvement à certains clients, ce qui permet une gestion plus fluide de nos encaissements.