Les entreprises ont intérêt à faire leur migration SEPA maintenant

Publié le 24 avril 2013

Beziaud-Alexandre-2new-form3 questions-réponses à Alexandre Beziaud, Directeur du Marché des Entreprises et des Institutionnels du Crédit du Nord

1. Comment informez-vous vos clients entreprises sur SEPA ?

Passer aux moyens de paiement SEPA nécessite d’être accompagné. Nous avons lancé notre communication envers nos clients à l’automne 2012, 18 mois avant la date butoir du 1er février 2014. Au préalable nous avons en interne informé notre réseau de conseillers clientèles et formé nos experts moyens de paiement en région. Sur le terrain, ils rencontrent les entreprises lors d’événements dédiés à SEPA. Ces événements, une cinquantaine depuis septembre, ont réuni plus de 500 chefs d’entreprise.
Des entreprises importantes découvrent encore le sujet ; or, vu le volume de flux de paiements qu’elles génèrent, il faut qu’elles aient migré d’ici à l’été. Il est essentiel d’intensifier l’effort de communication pour diffuser l’information sur SEPA le plus largement possible.

 

2. Comment jugez-vous l’état de prépartion des entreprises ?

Les entreprises que nous rencontrons ne semblent pas avoir pris la mesure des changements qu’implique un passage à SEPA. La majorité d’entre elles n’a pas réellement prévu de date de migration, et en tous cas, pas à court terme. Nous n’avons de cesse de répéter qu’une migration en décembre 2012 ne permettra pas d’être prêt à temps.
De plus en plus de questions, pour la plupart techniques, remontent de nos réseaux. Pour y répondre, nos experts régionaux et nationaux animent des « foire aux questions ». Passer aux moyens de paiement SEPA est complexe. Il faut s’habituer aux nouveaux formats et comprendre comment remplir les fichiers à transmettre afin d’éviter tout risque de rejet. Les entreprises s’interrogent également sur la communication qu’elles doivent avoir envers les débiteurs.

 

3. Quels sont les messages importants pour que les entreprises réussissent leur migration à SEPA ?

Passer aux normes SEPA est obligatoire. Pour certaines entreprises, ce changement est porteur de valeur ajoutée. Pour toutes, il faut que la migration à SEPA se passe bien et pour cela, il faut s’y préparer. Nous anticipons déjà une mobilisation à 100% de nos spécialistes moyens de paiement en fin d’année. Malgré tout, nous craignons un effet bouchon si tous les clients migrent en même temps. D’autant que les premières migrations montrent que la compréhension de SEPA doit être fine.
Comme tout projet d’envergure, il y a une phase de rodage, que nous devons mener à bien avant l’été. Pour cela, nous avons besoin du plus grand nombre de clients et du plus grand nombre de flux financiers. Je préfèrerais gérer trop de demandes maintenant plutôt que dans 6 mois. Les entreprises ont intérêt à faire leur migration maintenant car elles bénéficieront de la plus grande disponibilité de leurs partenaires pour les accompagner.
Au 1er février 2014, les paiements qui ne seront pas aux normes SEPA ne seront plus traités. C’est un risque réel car le règlement européen ne prévoit pas de délai supplémentaire.