« Vous êtes informés, migrez ! »

Publié le 10 juillet 2013

3 questions-réponses à Isabelle Angesicht, Directrice du projet SEPA, Groupe Crédit Coopératif

1.    ComI_ANGESICHTment s’organise votre communication sur SEPA ?
Au sein du groupe BPCE, le Crédit Coopératif est le 4ème émetteur de prélèvements. Et nous avons beaucoup de clients en télétransmission. Nous avons donc très vite pris conscience de l’enjeu du passage à SEPA pour nos clientèles cibles, qui souvent ne sont pas des entreprises au sens classique du terme : associations, coopératives, mutuelles, acteurs du logement social, PME-PMI, commerces…
Aujourd’hui, l’ensemble de nos équipes du réseau a été informé et formé pour accompagner au mieux les clients.

Outre les supports destinés à leur propre formation, ils disposent d’un outil de présentation destiné aux clients. Des événements sont également organisés autour de SEPA : des petits déjeuners, des rendez-vous en bilatéral, des interventions sur des forums ou des salons… A chaque fois que nous en avons l’occasion, nous nous exprimons sur SEPA.
Nous avons édité un guide pédagogique qui est largement distribué, notamment avec les relevés de compte. Et nous avons mis en ligne sur notre site internet un outil de diagnostic pour que chacun puisse répondre à la question : « suis-je prêt pour SEPA ? »

2.    Les questions qui remontent du terrain vous ont-elles permis d’identifier des difficultés particulières ?
Les contacts avec les clients nous permettent d’identifier les questions concrètes que se posent les créanciers. Et elles sont nombreuses ! SEPA a des conséquences sur leur organisation et leur système d’information. Nous avons mis en place une cellule d’accompagnement afin que les clients puissent tester le transfert des fichiers aux nouvelles normes SEPA.
Au sein de chaque délégation régionale nous avons un expert flux. C’est le référent SEPA des équipes de terrain au quotidien. Les sujets qui ne peuvent être traités à cet échelon remontent à la direction du projet SEPA, chargée d’arbitrer.
Les créanciers se posent essentiellement des questions en matière de prélèvement SEPA, notamment tout ce qui a trait à la gestion et la responsabilité du mandat : référence unique du mandat, séquencement entre le « first » et le récurrent, transfert de responsabilité, délais de contestation, traitement des impayés… Nous avons également des questions très concrètes de la part d’associations qui fonctionnent grâce aux dons. L’association doit-elle faire signer un nouveau mandat à un donateur qui n’aurait pas donné depuis plus de 36 mois ? Tout ce qui remonte du terrain vient alimenter une foire aux questions.

3.    Quels sont les messages importants à faire passer aux chefs d’entreprises pour qu’ils réussissent leur migration à SEPA ?
Le message s’adresse aux responsables d’entreprises de tout statut, tout organisme qui gère des virements et prélèvement : vous êtes informés, migrez ! Les règles changent et au 31 janvier 2014 à 23h59, le virement et le prélèvement national disparaîtront. Nous leur disons aussi d’être sereins car tout est en place pour les accompagner dans cette migration.
Aux créanciers qui sont dépendants d’un éditeur de logiciel, nous rappelons qu’il vaut mieux commencer au plus tôt leur passage à SEPA. Notre inquiétude est de voir arriver tous nos clients à la dernière minute pour leur migration, entrainant un goulot d’étranglement en fin d’année.
Depuis mi-mai, nous constatons avec satisfaction que les messages sont bien compris. Les clients ont intégré que SEPA s’inscrit dans la continuité du passage à l’euro.

 

Crédit photographique : Alain Bujak