De la méthode

Publié le 21 mars 2013
Pascal JAN

Pascal JAN

Président du Comité des banques de Meurthe-et-Moselle (Nancy)

Q : Selon vous, qu’est-ce qui doit être retenu dans SEPA ?

Pascal Jan : SEPA c’est d’abord des moyens de paiement, virement et prélèvement, qui sont harmonisés en Europe. Cela nous concerne tous pour les paiements transfrontières entre pays européens mais aussi à l’intérieur même de ces pays. L’ensemble des particuliers, des organismes publics et bien sûr des entreprises sont donc touchés. La deuxième chose importante c’est celui de la date butoir du 1er février 2014. C’est une obligation fixée par l’Europe et cette date ne sera pas modifiée. C’est pour cela qu’il faut que les entreprises accélèrent le pas pour passer à SEPA.

 

Q : SEPA, ce n’est pas un sujet uniquement bancaire ?

Pascal Jan : Pour leur part, les banques sont prêtes et  proposent le virement SEPA depuis 2008 et le prélèvement SEPA depuis 2010. De plus, les coordonnées bancaires indispensables (le BIC et l’IBAN) sont diffusées par les banques depuis plus de 10 ans. Désormais c’est au tour des entreprises de se mobiliser. Ce n’est d’ailleurs pas une option. Pour une entreprise qui ne serait pas passée à SEPA, la situation risque d’être compliquée une fois passé le 1er  février 2014 : aussi bien pour effectuer le règlement d’un client, de ses taxes ou encaisser une facture,…

Les banques sont là pour accompagner les entreprises : nous les sensibilisons à l’importance de ce chantier et à la nécessité d’y passer le plus vite possible. Nous en parlons dans les échanges avec nos clients, nos spécialistes interviennent devant les responsables de PME. C’est ce que nous avons organisé avec les membres du Comité des banques de Meurthe-et-Moselle fin 2012, avec la Banque de France. Plus de 50 représentants des entreprises ont pu poser directement leurs questions.

 

Q : Pour passer à SEPA, de quoi a besoin une entreprise ?

Pascal Jan : D’abord de temps, ensuite de méthode. Le banquier, l’expert-comptable ou le conseil informatique sont là pour épauler le patron de PME. Ensemble ils vont évaluer le système d’information qui peut contenir plusieurs milliers de références bancaires (salariés, clients,…), le mettre à jour et tester les échanges informatiques avec la banque. Le passage à SEPA peut donc être simple mais il faut s’y prendre le plus en amont possible.