Pour les PME il est important de se mobiliser au plus tôt sur SEPA et de contacter son banquier d’ici septembre

Publié le 7 juin 2013

Photo-Bernard-Cohen-HaddadBernard Cohen-Haddad est Président de la commission financement de la CGPME et membre du Comité national SEPA. Il a accepté de répondre aux questions de banques-sepa.fr sur les incidences pour les PME.

Q : banques-sepa.fr : Que signifie SEPA aujourd’hui pour les TPE/PME ? Où en sont-elles du passage aux nouveaux moyens de paiement européens ?

Bernard Cohen-Haddad : Aujourd’hui SEPA n’est pas encore significatif pour les PME. Bien sûr le terme est connu grâce à l’information faite par toutes les organisations. Par exemple, les responsables de PME voient SEPA régulièrement sur leurs bordereaux de virement. Par contre, il faut bien admettre que les modifications nécessaires à la mise en œuvre restent peu connues et insuffisamment maîtrisées par les petites entreprises. Les actions de pédagogie et d’échanges de bonnes pratiques entre PME sont plus que jamais nécessaires.

Q : A quoi tient ce décalage pour les PME ? Est-ce préoccupant par rapport à l’urgence moins de 8 mois avant la date définitive ?

Bernard Cohen-Haddad : L’échéance du 1er février 2014 paraît encore bien lointaine pour nombre de TPE/PME, qui sont préoccupées d’abord à la conjoncture et la tenue de leurs carnets de commandes. Il faut aussi être conscient que le tempo des PME diffère de celui des grandes entités. La taille des PME leur permet d’être très réactives sur un projet, et elles préfèrent souvent densifier les actions à mener. Les PME vont se mettre à SEPA, plutôt à partir de septembre. Elles savent qu’elles peuvent s’appuyer sur des réseaux de partenaires solides comme leurs banquiers. La proximité dans la pédagogie et l’accompagnement prendra toute son importance à partir de la rentrée, les banques sont bien mobilisées pour conseiller les clients PME.

Q : Au niveau de la CGPME, comment sensibilisez-vous vos adhérents ?

Bernard Cohen-Haddad : La CGPME est vigilante pour que les PME se préparent suffisamment en amont et qu’elles utilisent pleinement les leviers mis en place grâce à SEPA : les entreprises pourront ainsi se consacrer pleinement au développement de leurs activités en France et en Europe. Nous lancerons prochainement des réunions nationales sur le SEPA et les nouveaux moyens de paiement. Nous monterons en puissance vers les 123 CGPME locales à partir de la rentrée afin que les délégués et les élus viennent en appui des PME adhérentes. Nous leur avons communiqué l’adresse du site banques-sepa.fr dès le lancement. Nous appuierons aussi les échanges de bonnes pratiques entre PME aux tailles et thématiques communes.

Q : Si vous aviez un conseil à donner aux PME ?

Bernard Cohen-Haddad : Il est important que les responsables d’entreprises ne remettent pas SEPA au lendemain. Pour une PME il est possible de s’y mettre au plus tôt car SEPA est accessible grâce aux actions menées par l’entreprise elle-même, ses banquiers et ses partenaires locaux. Il faut donc engager le projet SEPA dès aujourd’hui.